Interventions de la première journée: “Genre et/en Politique” du 13 mars 2020.

Lucie de Carvalho a débuté la journée avec une citation d’Édouard Philippe sur la réforme des retraites: “Les femmes seront les grandes gagnantes.”. Cette réforme a ravivé les débats sur les femmes dans notre société française. Lucie de Carvalho a rappelé que les femmes touchent en moyenne 42% de retraite en moins que les hommes, et que la réforme ne fera qu’approfondir cette inégalité. Aussi, les femmes ont une carrière professionnelle plus hachée car 96% des congés parentaux et 80% des temps partiels sont pris par les femmes. Mais, le but du séminaire est d’aller au-delà de ces faits et d’utiliser le sens critique pour décoder et questionner les dynamiques de ces inégalités.

Tout d’abord, Hélène Quanquin a repris ses travaux de recherche pour présenter les liens entre le droit de vote et la citoyenneté des femmes. En effet, l’histoire du droit de vote aux États-Unis n’est pas linéaire, c’est une histoire faites de progressions. Le centenaire du XIXe amendement a renouvelé l’historiographie du droit de vote car ce texte est un point culminant du suffrage féminin. Hélène Quanquin a présenté que la citoyenneté des femmes est traditionnellement une citoyenneté différente. Des femmes comme Lucretia Mott refusait le droit de vote car elles considéraient que le système américain était corrompu (par l’esclavage par exemple). Cependant, pour refuser d’exercer un droit, il faut l’avoir. La citoyenneté peut alors s’exercer avec ou sans le droit de vote. C’est une citoyenneté aux marges de la politique.

Ensuite, Pauline Chevalier, doctorante à l’Université de Lille a présenté sa thèse dans laquelle elle base son argumentaire sur une perspective sociologique et genrée. Pauline Chevalier étudie les pratiques des personnes qui gravitent autour des élus et leur profil. C’est une méthode d’observation dans laquelle elle étudie la façon dont ces personnes envisagent leur mandat et leurs fonctions.

De plus, Louisa Perreau a présenté une Histoire du féminisme allant de Mary Wollstonecraft en 1792 avec A Vindication of the Rights of Women jusqu’aux débats récents sur les violences conjugales.

A la suite de cette présentation, Nicolas Garnier a présenté l’analyse historique et historiographique de sa thèse sur le travail des femmes missionnaires britanniques en Chine entre 1865 et 1914. Il s’est principalement concentré sur une société missionnaire (la China Inland Mission) et il compare ses pratiques évangéliques et son emploi de femmes célibataires aux autres sociétés présentes en Chine (London Missionary Society, la Baptist Missionary Society, la Church Missionary Society, et la Church of England Zenana Missionary Society).

Pour finir, Ariane Mak a présenté sa thèse et a débuté son intervention par une citation de George Orwell: les mineurs britanniques étaient la cariatide de la civilisation occidentale. Sa thèse portait sur l’histoire des mondes miniers en guerre à travers l’étude des grèves des mineurs de charbon durant la Seconde Guerre Mondiale au Royaume-Uni. Elle s’est intéressée à la place que prenait la masculinité dans ce monde, mais aussi à la signification de la grève en temps de guerre “malgré les accusations d’anti-patriotisme, malgré la politique de coopération nationale des syndicats et malgré la législation”.  Mais aussi à la consommation minière, à la hiérarchie salariale, aux dynamismes de genre ainsi qu’aux ragots de quartiers et aux dépenses d’un foyer.

Programme de la première journée – “Genre et/en Politique” (13 mars 2020)

CAMPUS PONT DE BOIS, BATIMENT F, F.0 15

Coordination : Hélène Quanquin (CECILLE)
Organisation : Lucie de Carvalho (CECILLE, UdL)

10h : accueil et ouverture de la journée. Discussion ouverte sur le projet de réforme des retraites et ses impacts sur la précarisation des femmes.

Session 1. Introduction:

10h30-11h (présentation et discussion): Hélène Quanquin, CECILLE, Université de Lille: “Le débat sur le droit de vote des femmes au sein des mouvements de réformes états-uniens dans les année 1840: une citoyenneté aux marges des politiques.”

Session 2. Perspectives historiques et sociologiques

11h-11h30 (présentation et discussion): Pauline Chevalier, Doctorante, CERAPS, Université de Lille: “Etre collaboratrice de groupe au département: au-dela de l’appui politique.”

11h30-12h (présentation et discussion): Nicolas GARNIER, Doctorant, LARCA, Université Paris-Diderot : “Le travail des femmes missionnaires britanniques en Chine de 1865 à 1914 : genre et religion en contexte impérial”

12h-12h30 (présentation et discussion) : Louisa PERREAU, Doctorante et ATER Sciences-Po Lille, HDEA Paris-Sorbonne : “Femmes, Féminisme et Politique au Royaume-Uni.”

12h30-13h (présentation et discussion) : Ariane MAK, MCF, LARCA, Université Paris-Diderot : « Saisir le politique par une histoire du voisinage. Dynamiques de genre, dépenses et commérages dans une communauté minière en guerre. »

13h/13h15 : fin de la journée

Penser / repenser le genre

Le but de ce carnet d’hypothèses est de présenter le séminaire intitulé « Penser / Repenser le genre » de l’école doctorale de l’Université de Lille (laboratoire Cécille).

Le séminaire se divisera en trois journées et les thématiques seront les suivantes : « Le Genre et/en Politique » (13 mars 2020), « S’émanciper par la formation et le travail » (15 mai 2020), et « Genre et Médias » (19 juin 2020).

Le séminaire aura pour objectif de démonter en quoi les études de genre sont intemporelles et très variées. En effet, les thèses/études qui vont être présentés allieront plusieurs disciplines comme l’Histoire, la sociologie, l’art et la politique. Ces disciplines seront présentées à la lumière du mouvement féministe, de la relation entre le travail et les femmes, et des médias.

L’université de Lille accueillera de nombreux lecteurs Lillois (Louisa Perreau, Milena Doycheva, Laurence Broze, Zoé Maltet, Sarah Lagache, Marive Lefevre, Nathalie Barre-Lemaire, Sébastien Landrieux, et Leticia Andlauer), mais aussi des lecteurs venant de Paris (Ariane Mak, Nicolas Garnier, Saraf Leboime, Frank Freitas-Ekue, Sarah Lecossais, Lucile Ruault), de Côte d’Opale (François Ray Declercq), d’Angers (Clémence Perronnet), et enfin de Rennes (Béatrice Damian-Gaillard).